Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Yves Brayer : Quand l'histoire s'en mêle à Boulogne-Billancourt - Art / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : Ville de Boulogne-Billancourt Publié le 07/04/11 | Vues : 302

Yves Brayer : Quand l'histoire s'en mêle à Boulogne-Billancourt / Art

Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

La famille du peintre Yves Brayer a fait don, au musée des Années 30 (M-A30), du tableau L'Officier et la dame, peint en 1932. une scène de genre qui se révèle une peinture d'histoire, satire du régime de l'époque. En matière d'iconographie, le chef-d'oeuvre se caractérise souvent par sa capacité à transcender un sujet apparemment anodin en une allégorie riche de sens. L'Officier et la dame, peint à Rome en 1932 par Yves Brayer (1907- 1990), en est un exemple.


(L'Officier et la dame, peint à Rome en 1932. Huile sur toile ; 195x130 cm)

Le jeune artiste de 25 ans, lauréat du concours du Grand Prix de Rome de peinture obtenu deux ans plus tôt, réussit dans cette oeuvre à conférer un parfum d'histoire contemporaine et un sens épique à ce qui ne semblerait qu'une simple scène de genre. Délaissant le petit format habituel pour ce type de représentation de la vie quotidienne, notre pensionnaire de la Villa Médicis choisit délibérément de traiter dans un format grandeur nature ce qui s'apparente à une peinture d'histoire.

car, ne pourrait-on pas voir derrière l'anodine promenade, le long de la via de La Trinité-des-Monts, de ce grand officier des carabiniers en uniforme de parade accompagné d'une jolie jeune femme, une critique feutrée d'une société civile en voie de militarisation à outrance depuis l'avènement dix ans plus tôt du pouvoir fasciste de Mussolini?

Yves Brayer n'a-t-il pas, non sans humour, souhaité exprimer dans ce couple iné- gal, juxtaposant la sévère massivité du sombre et blême officier au monocle et la frêle et chétive silhouette de la jeune blonde au visage blafard, le paradoxe d'un régime qui, par-delà son goût immodéré de l'uniforme et du culte de la virilité, n'avait pas réussi à annihiler toute forme de sentimentalité? Evoluant dans le décor prestigieux de la place de l'église de La Trinité-des-Monts et de son célèbre escalier, sé- culaire lieu de rendez-vous des couples d'amoureux romains, les deux héros disparates de ce vaudeville mondain arpentent la scène d'un théâtre d'ombres qui deviendra sous peu guerrier pour de bon.

La qualité de cette oeuvre réside également dans le traitement enlevé et énergique de la touche, brossée avec fougue et détermination, et dans la réussite de sombres jeux chromatiques où prédominent les noirs profonds - à l'exception d'une traînée rouge vif inattendue - et où surtout le jeune Brayer reconnaît toute sa dette à la peinture espagnole. il l'avait découverte dès 1927, lors de son premier voyage au pays de Vélasquez, Gréco, Ribera et d'un Goya qui lui-même avait su, plus d'un siècle auparavant, témoigner de sa capacité à hisser la scène de genre au niveau de la peinture d'histoire.

Les Boulonnais peuvent découvrir cette double et intrigante effigie au M-A30 en compagnie de deux autres peintures d'Yves Brayer, offertes généreusement au musée en janvier 2011 par hermione Brayer, l'épouse de l'artiste, grâce à l'amitié de son fils Olivier et de corinne, l'épouse de ce dernier : un Rembranesque Etal au taureau mort (1929) et une Faculté de droit et dallage, à Paris (1944) belle comme un Marquet.

Elles rejoignent trois autres oeuvres du peintre déjà conservées au M-A30 dont deux sont exposées au musée Paul-Belmondo (La Femme aux gants verts (1936 - don hermione Brayer en 2002), Portrait de Muriel Belmondo (1962 - achat en 2007) et une gouache conservée dans le fonds d'art graphique du M-A30 : La Fiat ou Le Baise-main (1931 - don hermione Brayer en 2002).

Yves Brayer : Quand l'histoire s'en mêle
M-A30 (musée des Années 30)
28 avenue André-Morizet
92100 Boulogne-Billancourt

Du mardi au dimanche de 11h à 18h
Tarif : 5 € Réduit : 3,70 €
Gratuit jusqu'à 16 ans et le premier dimanche du mois


En savoir plus
Partager :
Facebook